Couche-Tard prend une bouchée de la belle bannière « Dépanneur du Coin » Ultramar

Au mois de juin dernier, Couche-Tard finalisait l’acquisition de CST, la plus grosse de son histoire, soit un réseau d’environ 2 000 dépanneurs et stations service situés au Canada et aux États-Unis (voir article précédent ici et ici).

Pour ce qui est de la portion canadienne de ce réseau, dont font partie les 200 stations service « Dépanneur du Coin » et les 130 Dépan Express Ultramar au Québec, ces derniers devaient être revendus à Parkland Fuel Corporation, pour éviter une trop grande concentration.

Mais tous revendus? C’est ce que nous pensions, mais il semble bien que non. C’est ce que nous avons pu constater hier en tombant par hasard sur un Dépanneur du Coin Ultramar en pleine conversion à un Couche-Tard.

En attendant que le magasin soit converti aux couleurs Couche-Tard, le détaillant de Laval n’a pas perdu une seconde pour en prendre possession, quitte à mettre une signalisation temporaire en attendant.

Selon l’employé à la caisse, c’est depuis le 2 août dernier seulement que la station service a changé de bannière.

Nous étions sous l’impression, sans doute fausse, que pour se conformer au Bureau de la compétition canadien, Couche-Tard avait cédé l’entièreté du réseau « Dépanneur du Coin » et Dépan Express à Parkland au Canada.

Mais en relisant les communiqués de presse les plus récents, nous tombons sur les détails de cette acquisition complexe et oui, effectivement, il est bel et bien dit que Couche-Tard conserve certains magasins au Québec, en Ontario et dans les Maritimes.

Voici en fait ce que Parkland achète de Couche-Tard (source : Couche-Tard) :

  • 100 % de l’unité d’affaires comprenant les sites automatisés de vente de carburant diesel de CST;
  • 100 % de l’unité d’affaires de ventes commerciales et de mazout domestique de CST;
  • Essentiellement l’ensemble des détaillants et agents à commission de CST (NDLR : c’est à dire la bannière Dépan Express au complet au Québec) ;
  • 159 magasins corporatifs exploités par CST (NDLR : c’est-à-dire les trois-quart environ du réseau Dépanneur du Coin au Québec);
  • Le siège social de CST à Montréal.

Une fois la transaction avec Parkland conclue, Couche-Tard reçoit environ 985 millions $ CA et ajoute à son réseau 157 sites exploités par la société au Québec, dans le Canada atlantique et en Ontario.

Quant à savoir quels sites Couche-Tard a décidé de conserver, selon quels critères et en fonction de quoi? Mystère et boule de gomme, mais nous le verrons au fur et à mesure qu’ils seront convertis.

Le magasin sur la photo est donc l’un des 157 nouveaux sites de Couche-Tard, obligeant une fois de plus DepQuébec à mettre à jour son palmarès et à peiner fort pour rattraper l’industrie.

Le magasin a encore une forte allure de « Dépanneur du Coin » avec ses couleurs mauve et jaune, même si le logo a été retiré. Comme elle l’a démontré lors de l’acquisition récente des magasins Marché Express Esso, Couche-Tard est vite sur la gachette quand il s’agit de poser sa marque sur les magasins nouvellement acquis… une autre preuve de sa redoutable efficacité.

Il faudra bien maintenant qu’on nous explique un jour (car nous sommes lents à comprendre) pourquoi le magasin Couche-Tard de Piedmont est-il devenu récemment un SuperSoir (voir article ici)…  tout un jeu de chaise musicale!

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 468 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.