EXCLUSIF : Le Québec a perdu près de 2000 permis d’épicerie en 20 ans et l’hémorragie continue

Depuis 20 ans, le nombre de permis d’épicerie en vigueur au Québec fond comme neige au soleil et ni la croissance économique de 45%, ni la hausse démographique de 15% et ni même l’augmentation marquée de la consommation d’alcool au cours de cette période ne semble pouvoir freiner cette tendance.

Indispensable à tout magasin d’alimentation qui souhaite vendre de l’alcool (bière, vin, cidre et autres), le permis d’épicerie est le meilleur baromètre qui soit de la santé économique de l’industrie. Les trois-quarts qui en possèdent sont les dépanneurs suivis des épiceries et supermarchés.

Or, c’est en compilant les données des rapports annuels de la Régie des alcools, courses et jeux (RACJ) des 20 dernières années que DepQuébec a réalisé pour la première fois l’ampleur de la dévastation qui a cours au sein de l’industrie et que rien ne saurait expliquer si ce n’est la dégradation généralisée de l’environnement d’affaires des dépanneurs au Québec (la RACJ est l’organisme responsable de délivrer ces permis et oeuvre sous l’égide du ministère de la Sécurité publique).

En effet, mis à part une seule année en 2004-2005, le Québec a systématiquement perdu à chaque année une portion significative de ses permis d’épicerie (donc : de ses détaillants alimentaires qui vendent de l’alcool) pour totaliser près de 2000 permis en 20 ans, soit 1846 exactement pour être plus précis ou encore, 19,8 % du total.

Il n’y a pas de dépanneur sans permis d’épicerie car tous et chacun vendent de la bière. La baisse des permis d’épicerie signale donc une diminution marquée du nombre de dépanneurs au Québec qui détiennent environ les trois-quarts des permis délivrés. Sources : RACJ et Banq.

Durant la même période, le Québec a pourtant connu une croissance démographique notable qui a fait augmenter sa population de près de 15 % au total.

De 1997 à 2016, la population québécoise est passée de 7 274 611 à 8 321 888, une hausse de 14,4 %, soit 1 047 277 de consommateurs de plus. Source : ISQ.

De fait, la baisse du nombre de permis prend une ampleur encore plus inégalée lorsqu’on tient compte de la population :

En 1997, on dénombrait 1 permis pour 563 habitants au Québec tandis qu’en 2017, c’est plutôt 1 permis pour 738 habitants, soit une chute de 31% du ratio « nombre habitants par détaillant ». – DepQuébec

L’économie n’est aucunement en cause puisque le Québec a cru de presque 45 % durant cette période.

En dollars constants de 2007, l’économie québécoise a progressé de près de 45% en 20 ans. Source : Cansim

Idem pour la consommation d’alcool : si les Québécois avaient cessé de boire, on pourrait suspecter un changement d’habitude de consommation : mais c’est plutôt l’inverse qui s’est produit. Les Québécois boivent davantage aujourd’hui qu’il y a 20 ans.

Sans avoir connu une hausse mirobolante, la consommation d’alcool par habitant au Québec a tout de même cru de plus de 10% au cours des 20 dernières années. Source : INSPQ – Portrait de la consommation d’alcool au Québec

Pas besoin d’aller chercher loin la cause de cette situation navrante : c’est bel et bien la règlementation abusive, tâtillonne et trop lourde du gouvernement vis-à-vis l’industrie fragile des dépanneurs dont on voit l’effet néfaste ici.

Vaste et complexe, celle-ci comprend non seulement la surcharge fiscale mais également la mainmise de l’État sur les produits contrôlés (loteries, lait), les contrôles de prix sur la bière et le vin, la hausse effrénée du salaire minimum à raison de trois ou quatre fois l’inflation, la tolérance affichée envers la contrebande de tabac autochtone de même que la concurrence de sociétés d’État telle que la SAQ et Loto-Québec.

D’ailleurs, si on regarde l’évolution d’un autre type de permis, celui des bars, tavernes et clubs, on voit très clairement l’impact de la réglementation sur une industrie, en particulier lorsqu’elle change de manière spectaculaire.

Contrairement aux permis d’épicerie, les permis de bars se sont maintenus et même connu une bonne croissance entre 1997 et 2009, soit jusqu’au moment où le gouvernement décide d’implanter les modules de vente enregistrée pour contrer le marché noir. Depuis, le nombre d’établissement a chuté de 12%, ce qui démontre clairement l’influence prépondérante de l’environnement règlementaire sur la vitalité d’une industrie. Source : RACJ.

Selon Michel Gadbois, président de l’Association québécoise des dépanneurs en alimentation (AQDA), les données compilées par DepQuébec illustrent à la perfection une réalité limpide, soit celle de la sur-réglementation des dépanneurs qui mène à l’effritement du commerce de proximité, la perte d’emplois et celle d’un modèle d’affaires dynamique et générateur de prospérité.

« La baisse systématique du nombre de permis d’épicerie depuis 20 ans est une autre preuve que les dépanneurs étouffent sous la réglementation actuelle », lance Michel Gadbois. « Que faudra-t-il de plus pour que le gouvernement entende raison et assouplisse l’environnement d’affaires des dépanneurs? Il se tire lui-même dans le pied en perdant des points de vente de loteries et des percepteurs de taxes hors-pair! »

Michel Gadbois, président de l’AQDA, voit dans la baisse des permis d’épicerie une preuve additionnelle que les dépanneurs sont trop taxés et trop réglementés et que le Québec perd peu à peu son commerce de proximité.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 456 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.