Québec veut s’attaquer aux dépanneurs, vapoteries et restaurants-minute à proximité des écoles

Pendant que les dépanneurs s’affairent soir et matin à la sueur de leur front à offrir un service essentiel de proximité, à se conformer aux lois et réglements et à récupérer à perte les bouteilles vides sales et pleines d’insectes, ces derniers n’ont aucune idée — mais vraiment aucune — de ce qui se trame dans leur dos dans les officines du gouvernement.

En effet, une armée de technocrates grassement payés à la solde du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) oeuvre avec une passion dévorante à trouver des façons nouvelles, songées et originales de réglementer, restreindre, proscrire, réduire, limiter et prohiber l’éventail de produits populaires offerts par les dépanneurs et autres (tabagies, vapoteries, petites épiceries et restaurants-minute) pour la simple et bonne raison qu’ils procurent du plaisir.

Cette armée fait partie d’un complexe qu’on pourrait qualifier de « prohibito-industriel » puisqu’on y retrouve à la fois un think tank scientifique (soit l’INSPQ ou l’Institut national de santé publique du Québec), une phalange formée de groupes de lobbying clandestins, opaques et subventionnés jusqu’aux oreilles (dont l’ASPQ ou l’Association pour la santé publique du Québec) et un amalgame de médecins fonctionnaires mal payés (DSP ou directeurs de santé publique) qui subliment leur frustration financière en se posant comme de grands architectes du bonheur collectif, une vision commode car justifiant tous les abus.

Or, les gains spectaculaires obtenus en matière de tabac et de vapotage ces dernières années ont donné des ailes à ce mouvement pour qui, désormais, « le ciel est la seule limite ». Ils sont donc mobilisés à préparer une nouvelle génération de lois, réglements et interventions gouvernementales entre autres pour contrôler l’offre alimentaire et de produits pour adulte offerts près des écoles.

Car qui osera faire obstacle à de telles ambitions? Votre député? Voyons donc.

AVERTISSEMENT: si votre dépanneur est situé à 750 mètres ou moins d’une école à vol d’oiseau, vous êtes à risque!

zone autour d'une école
La zone tampon autour d’une école est calculée ici selon une rigueur scientifique irréprochable… mais pourquoi 500 mètres ou 750 mètres? Pourquoi pas 100 ou 200?
Avalanche d’études sur le sujet

Depuis 10 ans environ, l’INSPQ carbure à la production d’études illustrant la proximité géographique des dépanneurs, restaurants-minute et des vapoteries à proximité des écoles.

En 2009, une première du genre est sortie, suivie ensuite par des portraits régionaux détaillés sur l’ensemble de « l’environnement bâti » dans les années subséquentes (voir ici, ici, ici et ici).

Ces études ne se contentent pas de recenser ou de cataloguer, mais bien de montrer du doigt une nécessaire intervention de l’état pour contenir ce « fléau » de santé publique.

« La plupart des études scientifiques montrent des liens significatifs entre les caractéristiques de l’environnement bâti, et l’alimentation, l’activité physique et le poids corporel des jeunes. Les éléments qui semblent les plus associés au poids et aux habitudes alimentaires des élèves sont les densités des dépanneurs et des restaurants-minute dans le voisinage de l’école. » — L’environnement bâti autour des écoles et les habitudes de vie des jeunes, INSPQ, Juillet 2014

Autrement dit — et même si on emploie ici le mode conditionnel — le verdict est sans équivoque: la présence de dépanneurs près des écoles est très nettement corrélé à une problématique de santé chez nos jeunes. La prohibition — et non l’éducation — s’impose d’emblée comme étant la seule voie sérieuse d’intervention pour s’attaquer efficacement à de telles problématiques.

Ce filon est loin de s’estomper puisque la dernière étude ne date pas plus tard qu’en juin dernier et concerne cette fois les vapoteries.

Selon l’INSPQ , 299 vapoteries seraient présentement situées près d’un établissement d’enseignement. On dénombrerait une école secondaire sur six environ (15,9 %) avec une vapoterie à 750 mètres ou moins et près de la moitié des collèges (48,8 %) avec une dans un rayon de 1000 mètres.

vapoterie longueuil
L’arrière de la bâtisse abritant cette petite vapoterie donne sur la cour de l’école primaire Paul-de-Maricourt située rue Papineau à Longueuil. Et bien que la loi oblige ce commerce à voiler sa vitrine et empêcher tout mineur d’y entrer, ce ne sera jamais suffisant pour les technocrates du MSSS qui n’auront de repos que lorsque celles-ci seront à 1 km ou plus de toute école (ou mieux encore, qu’il n’y en ai plus du tout).
Carte interactive en ligne

Mais ce n’est pas tout. Québec met à la disposition de son armada de fonctionnaires un outil redoutable, soit une carte interactive sur les données socio-sanitaires des Québécois, dont la présence relativement proche des dépanneurs et restaurants-minutes près des écoles fait partie.

Ainsi, en vous rendant sur le site de l’Observatoire cartographique des environnements liés aux habitudes de vie et à la petite enfance (et moyennant que vous êtes familier avec l’informatique), vous verrez en clin d’oeil si vous êtes à risque ou non.

dépanneurs a proximité d'écoles
Sur cette carte interactive publiée en ligne par Québec, les triangles verts représentent des écoles dépourvues de dépanneurs à moins de 250 mètres. Les étoiles de couleur montrent pour leur part des écoles avec des dépanneurs tout près (jaune=1-2, orange=3-4, rouge=5+). Le gouvernement met ainsi la table pour justifier une intervention et donner des munitions aux prétendus activistes indépendants qui sont à sa solde.
Projets pilotes de réglementation

En terminant, et pour ceux tentés de hausser les épaules devant une telle menace, sachez que le processus d’exclusion est déjà entamé.

Aux États-Unis, selon l’INSPQ, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) proposent que les États utilisent des règlements de zonage afin de limiter la présence de certains commerces d’alimentation (ex. : restaurant-minute, dépanneur) et de créer des environnements plus favorables aux saines habitudes de vie.

Au Québec, on avance que les municipalités québécoises n’ont pas les mêmes pouvoirs, mais que « des études récentes ont tenté de vérifier si, dans le contexte de la législation québécoise, il serait possible de limiter la présence de commerces d’alimentation « nuisibles » aux saines habitudes de vie »! Source: INSPQ, page 37)

Il faut comprendre ici que les commerces « nuisibles » selon l’INSPQ sont les dépanneurs. Le gouvernement l’écrit noir sur blanc: ils nuisent à la santé publique! 

dépanneur près d'une école
Le dépanneur Bien Beau de Montréal ne le sait sans doute pas mais il est considéré comme une nuisance de santé publique. Il a toute une épée de Damoclès qui lui pend sur la tête, soit la présence d’une école de l’autre côté de la rue!

Heureusement selon l’INSPQ, il existerait « dans la loi actuelle sur l’aménagement et l’urbanisme certains outils permettant aux municipalités de limiter la présence de certains commerces non compatibles avec leur environnement immédiat ».

Les mercenaires du lobbying de l’ombre à la solde du MSSS sont ainsi déjà à l’oeuvre pour convaincre les municipalités « d’innover » en restreignant la présence de dépanneurs et de restaurants-minute ou encore, leur offre de produit.

D’ailleurs, en 2010, suite à un projet de l’ASPQ, trois municipalités étaient en voie d’adopter des règlements limitant l’implantation de restaurants-minute autour des écoles. Lavaltrie aurait même adopté en 2010 une résolution prévoyant l’interdiction de l’implantation de restaurants-minute dans un rayon de 500 mètres autour des écoles. À l’automne 2012, Rosemère aurait adopté un nouveau règlement où les usages de restauration sont limités à la restauration avec service complet autour des écoles.

L’ASPQ est donc fort active dans le dossier (voir ici), a même publié un rapport sur la question (voir ici) et si les restaurants-minute sont visés en premier, soyez assurés que les dépanneurs suivront juste après.

Et si tout cela se concrétise, on clamera haut et fort que le Québec « retrouve enfin sa position de leader dans les mesures de santé modernes et avant-gardistes ».

Ainsi, voyez vous, la prohibition est comme la comptabilité. Tout devient possible quand on est créatif!

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 456 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.