Une bouteille de vin, un fromage et une TV avec ça?

Vu dernièrement chez Maxi, à côté de la section du vin et en face de celle des croustilles : plusieurs palettes remplies de téléviseurs à écran géant!

Une offre vraiment alléchante : au prix régulier de 699,99$, le modèle unique de TV en montre se détaillait à 499,97$ et là, on parle d’un téléviseur UHD 4K de 60 pouces, sans marque.

Pour vous donner une idée, un Sony UHD 4K chez Best Buy se détaille à 1223,99$, soit presque trois fois plus cher. C’est donc un prix vraiment bas, en autant bien sûr que la qualité soit au rendez-vous ce qui est impossible à déterminer sans marque connue. On peut juste se fier à Loblaw et au fait que le détaillant ne nous vendrait quand même pas une télé qui ne fonctionne pas.

Dans la section réservée aux produits spéciaux et saisonniers juste à côté des caisses, le magasin Maxi de Lachine a récemment aménagé plusieurs palettes de téléviseurs à écran géant… on pouvait en compter facilement une cinquantaine.

Cela fait quand même drôle de voir des palettes remplies de TVs en plein milieu de la nourriture, de la bière et du vin. On imagine la scène.

« Chérie, je pars au Maxi acheter un ensemble à taco et un dessert ».  Puis, une demi-heure plus tard: « Chérie, devine quoi? J’ai acheté une télé! ».

Voici ce que l’humoriste Martin Matte, porte-parole de Maxi, aurait pu dire à ce propos : « Parce que les gens aiment manger devant la TV, ben chez Maxi, on vend aussi des TVs. Ben oui. »

On comprend la logique des gestionnaires de Loblaw : ils ont sans doute acheté un container plein de ses TVs à un prix totalement dérisoire. Ils doivent les écouler. Ils ont de l’espace dans les Maxi. Alors pourquoi ne pas les vendre là?

D’ailleurs, imaginez le prix qu’ils ont payé ce produit, pour le vendre à 499,97? Peut-être 200$ chaque? Peut-être même moins.

À l’appui de cette thèse, nous avons remarqué qu’au Pharmaprix à côté — propriété de Loblaw également — la même TV se trouvait en vente, cette fois haut perchée plus discrètement derrière la caisse, et en plus petite quantité (seulement une ou deux en vente).

Maintenant c’est bien beau tout cela, mais offrir un tel produit dans un Maxi pose plusieurs problèmes tangibles auxquels ils n’ont peut-être pas pleinement réfléchi :

  • Manque de cohérence : que fait une TV dans un marché d’alimentation?
  • Le personnel n’est aucunement habilité à conseiller la clientèle sur ce produit et n’y connaît absolument rien : c’est un produit à prendre ou à laisser;
  • S’il y a des retours, comment seront-ils gérés? Surtout pour un produit sans marque…
  • Et qu’en est-il du volume et du poids à transporter pour cette marchandise? Les chariots d’épicerie sont beaucoup trop petits et personne dans le magasin ne va vous aider — comme chez Best Buy par exemple — à transporter cet équipement dans votre auto.
  • Il y a aussi les éco-frais à percevoir et à remettre au gouvernement… les caisses sont-elles programmées pour cela?

Cela fait beaucoup de problèmes potentiels à résoudre pour le luxe de vendre quelques TVs!

Le fait d’offrir un produit aussi complexe qu’un téléviseur pose plusieurs problèmes de cohérence. Outre le fait qu’une TV n’a rien à voir avec un marché d’alimentation, le personnel sera-t-il en mesure de conseiller la clientèle? S’il y a des retours, comment seront-ils gérés? Et qu’en est-il du volume et du poids à transporter pour cette marchandise? Aussi, s’agit-il réellement d’un produit de qualité?

En sortant du magasin, nous avons questionné une employée.

Question : « Wow, vous vendez des télés maintenant? Est-ce la première fois que ça arrive? » Réponse : « Oui, j’ai jamais vu ça avant ».

Et lorsque nous sommes retournés au magasin une semaine plus tard, les TVs avaient toutes disparu et ne sont jamais réapparu depuis à notre connaissance.

Expérience à ne plus refaire?

Non seulement des bananes, mais aussi des TVs à prix imbattables! Ben oui.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 456 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.