Volet 1 – Les loteries déclinent mais pas celles en ligne

Cela fait cinq ans cette année que Loto-Québec vend de la loterie en ligne, une décision qui a suscité, au départ, un grand vent d’inquiétude chez les détaillants.
Cinq ans plus tard, qu’en est-il? Dans le cadre de notre DOSSIER SPÉCIAL LOTO-QUÉBEC, CINQ ANS DE LOTERIE EN LIGNE, DepQuébec se penche toute la semaine sur le phénomène dans le but d’en comprendre les ramifications et de dresser un premier bilan.
Aujourd’hui, dans le premier volet de ce dossier, nous abordons l’explosion des ventes en ligne.

Oui c’est vrai, vous avez raison : à seulement 2 % et des poussières, elles sont encore bien modestes, comparées aux ventes de loteries en magasin.

Mais ne vous fiez pas aux apparences.

Car tandis que les ventes de loteries en général souffrent d’une déprime généralisée depuis 10 ans au Québec, celles en ligne connaissent, pour leur part, une croissance fulgurante de près de 40 % par année et ce, depuis trois ans.

Et tout indique que cet erre d’aller est en train de s’accélérer… très sérieusement!

Les ventes de loteries s’effritent d’année en année

Certains seront peut-être surpris de l’apprendre mais les loteries au Québec connaissent un lent et continue déclin depuis 10 ans.

Le problème est simple : les gens en achètent de moins en moins, c’est tout.

Loto-Québec utilise un langage poli et nuancé en parlant d’un marché « rendu à maturité », mais lorsqu’on se penche crument sur les chiffres, c’est plutôt un effritement généralisé et sans merci auquel on assiste.

Les ventes nominales de loteries en 2017 ne sont en baisse que de 4,3 % par rapport à 10 ans plus tôt, en 2007, mais ce faible pourcentage cache une réalité beaucoup plus sombre. En effet, quand on tient compte de l’inflation sur 10 ans (14,31 %) ainsi que de la croissance de population sur la même période (9,12 %), on réalise que la baisse réelle des loteries est plutôt de l’ordre de 30,35%, soit une moyenne de 3% par année!
Les loteries en ligne en plein essor

Mais alors que les loteries en général péréclitent, celles vendues en ligne ont le vent dans les voiles.

Ce n’est pas évident de trouver les chiffres sur les ventes en ligne de loteries au Québec. Mais à force de creuser les rapports annuels de Loto-Québec depuis cinq ans, DepQuébec a fini par mettre la main sur ces derniers depuis 2012, des montants jamais dévoilés clairement par la société d’État, qui préfère s’en tenir tantôt aux ventes totales en ligne (casino et loteries), ou tantôt aux ventes de casino, ou ici et là, à donner un chiffre ou deux.

On y apprend notamment que l’augmentation moyenne des ventes de loteries en ligne depuis trois ans atteint 37 % par année, une hausse faramineuse

 

EXCLUSIF: REVENUS DES VENTES EN LIGNE DE LOTO-QUÉBEC DEPUIS 2012 (en M $)

 
Loterie
Casino
Total
% des loteries /
ventes en ligne
Hausse annuelle
2012-2013
7,1
23,4
30,5
23 %
2013-2014
16,0
25,9
41,9
38 %
125 %
2014-2015
19,0
29,9
48,9
39 %
19 %
2015-2016
30,6
35,6
66,2
46 %
61 %
2016-2017
40,2
45,7
85,9
47 %
31 %
2017-2018
(6 mois seul.)
33,2
41,2
74,4
45 %
45 %
TOTAL
146,1
201,7
347,8
MOY.: 37% / AN
DE 2014-17

Comme on le voit au tableau ci-haut :

  • Les ventes de loteries en ligne ont totalisé 146,1 millions $ depuis leur lancement en août 2012 et ce, en comptant les deux premiers trimestres de l’exercice 2017-2018;
  • Au cours des trois dernières années (2014-2017), leur croissance s’est avérée supérieure aux ventes de jeux de casino en ligne, de sorte que la proportion de loteries est passée d’un peu plus du tiers à presque la moitié des ventes totales en ligne;
  • Pour ce qui est de l’année en cours — si l’on se fie aux deux premiers trimestres — on assiste à une accélération marquée des ventes de loteries en ligne de l’ordre de 45 % environ, légèrement supérieure à celle des jeux de casino en ligne (40 %) et ce, pour des ventes totales en hausse de 42 %. Les ventes en ligne sont presque assurées d’atteindre les six chiffres cette année pour la première fois, voire même franchir la barre des 125 millions $ en fin d’exercice;
  • De fait, au cours des six premiers mois de l’exercice actuel, Loto-Québec a réalisé 30 % de toutes ses ventes de loteries en ligne depuis cinq ans, ce qui illustre bien l’accélération marquée des ventes en ligne à laquelle on assiste présentement.

Un des facteurs pouvant expliquer l’essor des loteries est le fait que Loto-Québec n’a cessé d’enrichir son offre en ligne de loterie en y migrant tous ces produits de gratteux et instantanés : on en dénombre présentement 59 sur le site espacejeux.com! Ils sont tous là en fait : Gagnant à vie, Scrabble, la Poule aux oeufs d’or, Roue de fortune, etc.

Les loteries à tirage comme Lotto Max et Lotto 649 sont vendues en ligne depuis les tout débuts mais Loto-Québec n’a cessé, au fil des ans, d’y migrer également ses loteries instantanées qui sont les produits les plus fortement commissionnées lorsque vendus en magasin, soit 8 % au lieu de 6 % pour la loterie vendue en terminal.

La disponibilité en ligne de tels produits permet déjà aux consommateurs de remporter des lots significatifs.

Le site de jeu en ligne de la Société a quant à lui permis à une résidente de Chaudière-Appalaches de mettre la main sur 403 380 $ au jeu Le lutin chanceux. – Loto-Québec, rapport 1er trimestre 2016-2017, p. 3

Ces ventes en ligne demeurent, il est vrai, encore très faibles par rapport aux 1,8 milliard $ de ventes totales de loteries réalisées présentement en vaste majorité en magasin, soit un maigre 2,2 % du total. Mais ces chiffres sont trompeurs vue la hausse actuelle.

Pour en prendre la pleine mesure, il suffit de projeter les montants actuels dans le futur selon l’hypothèse d’une augmentation moyenne de 37 % par année — soit celle à laquelle on assiste depuis trois ans.

Comme on le voit au tableau suivant, dans un tel scénario, les ventes en ligne de loteries atteindre la moitié du volume actuel et ce dès… 2026, soit dans moins de dix ans!

PROJECTION DES VENTES DE LOTERIES EN LIGNE À 37 % DE HAUSSE ANNUELLE

 
Ventes de loteries en ligne sur 10 ans
2016
40 M $
2017
55 M $
2018
75 M $
2019
103 M $
2020
142 M $
2021
194 M $
2022
266 M $
2023
364 M $
2024
499 M $
2025
683 M $
2026
936 M $

Ainsi, dans seulement cinq ans, en 2022, les ventes en ligne pourraient déjà s’élever à plusieurs centaines de millions de dollars si la tendance se maintient!

Et si l’on se fie aux deux plus récents rapports trimestriels de Loto-Québec, la croissance des loteries en ligne s’est considérablement accélérée depuis le printemps dernier :

  • 1er trimestre (1er avril au 26 juin 2017) : + 51,3 % – source : ici, page 8.
  • 2e trimestre (27 juin au 25 septembre 2017) : + 42,9 % – source : ici, page 9.

Nous sommes donc déjà à 33,2 M $ de revenus en mi-année et ce, excluant la période des Fêtes, ce qui laisse présager une année record. Et les loteries semblent aussi tirer les ventes de jeux de casino vers le haut.

Cela pourrait-il s’expliquer en partie par l’introduction d’un nouveau produit appelé l’Argent Web? Nous aborderons cette question demain et mercredi.

Un effet de cannibalisme?

Advenant que les ventes fracassent des records et poursuivent leur ascension vertigineuse, la question cruciale pour les détaillants est de savoir si ces centaines de millions $ en sus s’ajouteront à la tarte actuelle ou seront simplement pris à même les ventes en magasin, constituant de fait un déplacement du magasin à Internet. Autrement dit : les ventes en ligne vont-elles augmenter tandis que celles en magasin vont baisser?

Sur ce point, les opinions sont partagées.

À l’heure actuelle, les ventes en ligne sont trop faibles pour mesurer quoi que ce soit en ce sens, toute variation pouvant être attribuable à une multitude de facteurs.

C’est un peu la même chose ailleurs en Amérique du Nord, où le phénomène est encore très récent.

En Colombie-Britannique, la plate-forme PlayNow.com, lancée bien avant celle de Loto-Québec, connaît elle aussi une forte augmentation des ventes qui atteint le double présentement de celle de Loto-Québec, soit 158 M $ environ. Ces ventes de loteries en magasin se maintiennent pour leur part grosso modo au-dessus de la barre du milliard $ (source : ici). Mais comme l’indique le rapport annuel de la BCLC, les ventes de loteries peuvent varier en fonction de la présence ou non de très gros lots de sorte qu’il faudra plusieurs années avant de pouvoir conclure quoi que ce soit.

Dans les quelque cinq états américains comme l’Illinois où la vente en ligne de loteries s’est implantée en premier, on insiste pour dire que les ventes de loteries nouvellement offertes sur Internet devraient générer leur propre clientèle distincte qui n’aurait sans doute jamais pris la peine d’aller acheter un billet en magasin.

Une clientèle de jeunes?

Tous les experts s’entendent toutefois sur une chose, à savoir que la loterie en ligne permettra sans doute de mieux rejoindre la clientèle des consommateurs adultes les plus jeunes, qui est en général beaucoup plus confortable et à l’aise avec les nouvelles technologies.

Selon Scott Bowen, commissaire du Michigan Lottery et en charge de la vente en ligne, « la loterie en ligne n’est pas une menace aux ventes de détaillants : au contraire, elles vient les renforcer. » Il souligne que la loterie en ligne attire les joueurs plus jeunes qui n’auraient pas joué de toute façon et cela permet de faire en sorte que la loterie devienne « pertinente dans la vie de plus de gens ».

« Ces jeunes, ajoute-t-il, n’achetaient pas de billets de loterie avant de sorte que les détaillants ne perdront pas de clients. » – Scott Bowen, cité ici.

Le porte-parole de la société de loterie du Kentucky, Chip Polston, abonde dans le même sens.

« Nos clients vieillissent. Pour maintenir nos revenus, nous devons attirer plus de jeunes joueurs, qui sont plus mobiles et ont un accès privilégié aux technologies et appareils cellulaires. » – Kentucky Lottery, cité ici.

Ce n’est toutefois pas l’avis d’une coalition de détaillants qui, au Massachusetts, se bat becs et ongles pour empêcher la législature de permettre la vente de loterie en ligne dans cet état.

Baptisée « Sauvez mon dépanneur du coin » (Save Our Neighborhood Stores), la coalition regroupe six associations et avance que les détaillants qui vendent de la loterie sont le pilier du succès de la loterie du Massachusetts Lottery et bénéficient de l’achalandage des joueurs. Permettre la loterie d’être vendue en ligne ferait en sorte de détruire les petites entreprises et menacer tout le système de loterie, déclarait-elle le mois dernier.

« L’introduction de la loterie en ligne va décimer l’achalandage de nos magasins et amener beaucoup d’autres problèmes à nos membres qui en arrachent déjà. Les dépanneurs sont au coeur des communautés. La réalité est que les dépanneurs ne seront pas capables de soutenir d’autres chocs à leurs profits et que les magasins sombres et vides vont bientôt remplacer les façades vivantes et amicales. » – Source : ici.

Demain, dans le volet #2 du dossier, nous verrons comment Loto-Québec a d’abord apaisé les détaillants en leur accordant des commissions sur les ventes en ligne pour finalement tout leur retirer et remplacer par d’autre chose, dans un tour de main digne d’un expert croupier. Rien ne va plus!

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 456 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.